Partagez|

Caius Ballad [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Coucou ! Moi c'est
Caius Ballad



Messages : 9
Date d'inscription : 05/06/2012
MessageSujet: Caius Ballad [En cours] Jeu 7 Juin - 16:05


P R E S E N T A T I O N

    Présente-toi


Prénom :
Age : 20 ans.
Pseudo(s) :
Expérience RP : 3 ans
Comment avez-vous connu Crystal Connexion ? : .

P E R S O N N A G E

    Informations


Nom : Ballad
Prénom : Caius
Age : Parfois, il est inutile de compter.
Date de naissance : Il y a bien longtemps.
Lieux de naissance : Quelque part près de Paddra.
Monde : Gran Pulse.
Rang :
Protagoniste, Antagoniste ou Neutre ?
Arme : - Ragnarok
Protections : - Poignet de Force -1
- Bracelet de Fer

    Psychologie


─ Force et impuissance ─


Ce grand guerrier n’est pas un homme très différent du commun des mortels, mais peu le connaissent de par sa volonté à se renfermer. Il faut être l’un des siens, un compagnon ou la prophétesse pour le connaître tel qu’il est réellement. Dans le cas présent, il n’y a en réalité que Yeul qui peut deviner ses ambitions grâce à sa faculté de voir le futur, mais ce ne sera pas elle qui l’empêchera de faire quoique ce soit. D’un part, parce qu’il est le plus valeureux des Gardiens qu’elle ait connu, d’autre part, simplement parce que cela lui est interdit.

Caius Ballad est une personne qui ne parle que très peu et toujours lorsqu’il y a quelque chose à dire. Jamais personne ne le verra converser sur des faits inutiles, dire ce qu’il est inutile de dire. Il se contente bien souvent de rester muet, à observer. C’est bien souvent ce qui inquiète ceux qui ne le connaissent que de renom. Imaginez-vous devant une légende vivante, face à cette personne dont la cruauté et sa puissance n’ont eu de cesse d’être vantées. C’est en soi, déjà assez perturbant, mais une fois là, il ne dit rien, il se tait et vus ignorez totalement ce qu’il s’apprête à faire ou non. Une chose est toutefois certaine, si vous avez dans l’intention de vous attaquer à la prophétesse, votre futur risque d’être vite changé en simplement deux choix. Celui de mourir vite et sans souffrance ou celui d’avoir tous le temps pour vous remémorer et regretter toutes les erreurs du passé avant d’expirer votre dernier souffle.

Comme tout grand guerrier, Caius n’échappe pas à cette règle, sa volonté est sans faille. Il est de loin capable de tout pour remplir son devoir ou ses desseins personnels. Même si pour cela, il doit attendre encore et encore, bien plus que quiconque ne pourrait se permettre de patienter. Tout cela, il ne le doit qu’à lui-même, il s’agît là d’une personne très réfléchies. S’il ne parle pas sans raison, il en va de même pour ses actes. Avoir un plan établi en détail, être certain qu’il sera mené à bien quoi qu’il puisse se passer, lui permet de garder foi en ses convictions.

Et dans sa poitrine bat le cœur de la déesse de la mort. Comme chaque don que puisse faire Etro, c’est à la fois une merveilleuse chance et une malédiction cruelle. Si Yeul a la possibilité de voir l’avenir, cela la tue à petit feu, ne dépassant jamais les vingt ans et elle ne peut changer ses prophéties. Caius, quant à lui, a reçu le don de la vie éternelle. Il ne peut mourir de la main d’un simple homme, il traverse les âges inlassablement. Une exception confirme toutefois cette règle, seul un possible futur Gardien ayant été éduqué selon les préceptes des Clairvoyants peu en venir à bout. Toutefois, si ce dernier doute au moment de le tuer, il deviendra alors victime de ce cœur. Lorsque Caius est devenu Gardien, peu ont voulu l’affronter de par sa force sans égale et très vite, ce rite d’initiation fut oublié.

La vie éternelle, le meilleur don pour un Gardien qui doit protéger la prophétesse. Ainsi, à travers les siècles, Caius put accomplir son devoir. Cela aurait pu être une vie parfaite tant son attachement envers Yeul est fort, à la limite de l’amour. Le jour où il reçut le cœur de la déesse, il est également devenu le nouveau réceptacle des visions de l’ancienne dirigeante de Paddra. Il garde ainsi en mémoire tout ce que Yeul peut voir jusqu’à la fin des temps. Dans un sens, il voit lui aussi l’avenir, il est celui qui est dans les secrets du temps, le seul que Yeul laisse, aujourd’hui, contempler le destin du monde.

Ce qui est un des plus grands présents d’Etro est la pire des souffrances pour Caius. Derrière cette carapace extrêmement solide, sous ce guerrier sans compassion, se cache un homme doux et sensible. Malgré sa vocation de Gardien, il ne peut changer l’inéluctable destin de la prophétesse. Caius ne peut que rester là, à la voir mourir et renaître tout aussi immuablement depuis si longtemps que cette vision devient de plus en plus insupportable. Il garde en mémoire chacune des Yeul qui ont vécues à ses côtés, il les aura toutes vues mourir dans une souffrance qu’il ressent aussi. Tout ce qu’il peut faire, c’est d’amener la prophétesse au Valhalla pour ensuite protéger la suivante. Elles sont toutes identiques à la fois toutes différentes. Ainsi, Caius ne voit pas la même personne mourir et revenir sans relâche, mais bien une autre amie à chaque fois.

Si de son rôle de réceptacle, il sait également quand la dernière heure de la prophétesse va sonner, il ne peut rien faire pour éviter cela. Quoiqu’il fasse, tout se passe exactement comme cela a été prédis, et elle périt. De ces morts inéluctables est né un chagrin incommensurable et de cette tristesse est née une haine insatiable. Etro, cette déesse ayant donné un pouvoir à Yeul, un don qui ne lui donne seulement le droit de mourir, une force à Caius qui ne lui permet rien d’autre que d’assister impuissamment à la mort. Elle est source de tant de souffrance et Caius jura qu’un jour, Yeul sera libérée de cette malédiction, même s’il doit absolument tout sacrifier pour cela.

Qu’en est-il de ses relations avec les autres personnes ? Difficile à dire… En effet, toutes les personnes qui purent être proches de lui sont aujourd’hui, elles aussi, mortes. La légende même qui le célébrait est aujourd’hui oubliée. Caius n’est connu que de quelques personnes et si l’une d’elles s’apparentait il y a encore peu à un ami, c’est à ce jour déjà chose oubliée. Ce guerrier ne vit que pour une seule et unique chose, il désire ardemment sauver toutes les Yeul, chacune d’elles le mérite. Si jamais vous pensez compter parmi l’un de ses amis ou compagnons, attendez de savoir si vous n’êtes pas plutôt utile à l’un de ses desseins. Oui, Caius ne se lie d’amitié avec personne, sauf lorsque cela est nécessaire et uniquement pour cela. Toutefois, il y avait autrefois une autre raison que lui-même aura oubliée. Il reste solitaire pour ne pas avoir à subir la mort d’une personne proche, c’est déjà bien trop difficile à supporter pour sa protégée… Le cœur du chaos, une force impuissante…


❝Pour ceux dont le coeur est empli du Chaos, la faculté de commander aux monstres est acquise au-delà des frontières du royaume invisible.❞
─ Livre de Valhalla

    Physique


─ Le calme avant la tempête ─


La nuit est calme, parfois trop, si bien que cela en devient inquiétant. Pas un nuage à l’horizon, pas de vent, mais vous sentez que cela peut changer du tout au tout en un instant. Alors vous profitez de cet instant de répit, vous savourez ce moment avant que la tempête n’arrive. Lorsque que vous ne connaissez pas Caius, lors de votre première rencontre, vous ne saurez pas quoi penser de lui. Est-il fort ou n’est-ce qu’une impression ? Il pourrait presque paraitre muet durant un temps. Il est silencieux, ne dit rien, il est spectateur à vos yeux, mais bien loin de ce que vous pouvez imaginer, il est un acteur dangereux. Cette force ne vient pas seul et la légende à son nom n’est pas qu’un mythe. Ce qui est dit sur lui est vrai. C’est un être capable de vaincre des myriades d’ennemis sans s’essouffler. Certains disent qu’il est invincible, d’autres qu’il est en réalité déjà mort, les derniers pensent qu’il est la représentation du temps et donc omniprésent.

Cette réputation est le fruit d’un grand travail. Avant même de devenir un l’Cie, Caius était fort, on le ressent en le voyant. Il s’est entraîné sans relâche durant des mois entier pour atteindre cette forme olympienne. Tout ce qu’il a, tout ce qu’il est, c’est principalement de lui-même qu’il le doit. Certes, sa force actuelle lui vient d’une tiers personne, mais il a dû s’en montrer digne pour recevoir ce don.

Physiquement parlant, Caius est unique, tant parce son apparence que part ses habits. Il aura confectionné ses vêtement il y a bien longtemps, à une époque dont nul survivant existe. Du cuir de Béhémoth, montrant ainsi sa valeur en ayant vaincu un tel monstre seul. La forme de ses vêtements n’est pas laissée au hasard, on y retrouve certains éléments qui font penser à Bahamut, le Roi des Dragons. Il en arbore même les couleurs, violet et bleu, si bien que parfois, on se demande si ce n’est pas qu’une façon de se faire passer pour quelqu’un de puissant.

Les habits ont un rôle essentiel car leur constitution est de plus résistante, telle une armure. Ainsi, il a déjà une résistance accrue ne serait-ce que par cela. C’est ainsi que l’on se rend compte que cet homme est natif de Gran Pulse, ses vêtements n’ont rien de technologique, leur force provient de la nature. Au niveau du poignet, ses manches se terminent en pointe, symbolisant des griffes. Tout est fait pour lui donner un côté agressif malgré le calme implacable de son visage. Il est rare qu’il montre des émotions au travers de son minois, sauf dans certaines conditions. Il peut montrer une rage folle lorsqu’il s’agit de la protection de Yeul, ne supportant pas qu’on lui fasse du mal. Au contraire, il sourira volontiers dans un combat, si toutefois son adversaire fait montre de valeur. C’est un guerrier depuis la naissance, il est né pour se battre inlassablement, sa vie n’est ponctuée que de combats, encore et encore. Alors affronter une personne de son niveau n’en est que plus gratifiant. Il reste une dernière émotion qu’il ne montrera jamais à personne, la tristesse. Celle de toujours perdre Yeul, à chaque fois, les lames coulent, ce n’est pas une chose à laquelle on s’habitue, c’est douloureux, ça l’est toujours.

Ce qui lui permet de tenir tout ce temps sans tomber au combat, sans s’éteindre après des sicles d’existences, c’est son cœur. Celui qu’Etro lui a confié, la déesse vit en lui. C’est là le présent le plus grand qu’elle puisse offrir, elle met ainsi sa vie entre les mains d’un humain. Le cœur du Chaos lui a été octroyé après sa mort, un décès qu’il avait voulu pour protéger un être cher. Il a autrefois usé d’un sortilège très puissant qui n’a d’autre résultat que de faire mourir son utilisateur. Grâce au cœur de la déesse, il peut désormais en user à volonté, il peut même être acculé et retrouver toute sa vitalité en un instant. En réalité, il ne peut mourir de la main d’un simple humain. Seul un homme ayant les connaissances des Clairvoyants, un homme qui sait ce qu’est un Gardien, qui a la volonté nécessaire, peut en venir bout.

Seul un l’Ci pouvait faire ce qu’il a fait lorsque sa mort est survenue, il s’agit d’une invocation incarnée. Fusionnant ainsi avec son Eidolon, il fit surgir tout son potentiel caché ainsi que celui de Bahamut pour devenir un être surpuissant. Aujourd’hui, avec le cœur du chaos, cette action ne peut le tuer et en plus de cela, il peut garder cette forme à volonté, la transformation ne prends qu’une seconde, le temps de prononcer l’incantation. Caius est donc devenu le Bahamut le plus sombre, le plus grand et le plus puissant.


❝Le pouvoir de contempler le futur. Celui de parcourir la ligne du temps. Celui de commander aux monstres. Celui de se rappeler ses rêves, même quand l'Histoire a été modifiée. Ce sont là des manifestations du chaos invisible, et pour certains élus, ce sont des facultés extraordinaires. Voila les présents de la déesse.❞
─ Tendresse de Mwynn

    Histoire


─ Légendes ─


Dans les temps les plus anciens de l’univers, la race humaine était inexistante. Seules entités vivantes était le Dieu Bhunivelze et sa mère Mwynn. C’est par un coup du sort que le divin se retrouva seul, sa mère disparut pour se rendre dans le monde invisible, laissant ce fils derrière elle sans un mot. Malheureusement pour lui, tous ses pouvoirs semblaient stériles, quoi qu’il décide de faire, le monde semblait voué à la destruction. Bhunivelze ne vit là qu’une malédiction de celle qui l’a engendré. Voulant déjouer cette malédiction, il se mit dans l’idée de détruire sa génitrice. Une fois encore, le Dieu était impuissant, la porte du monde invisible, ce lieu aujourd’hui connu sous le nom de Valhalla était introuvable. Par sa seule force, il créa de nouveaux dieux, portant autrefois le nom de fal’Cie. Ils ne sont pas connu aujourd’hui comme ceux qui portent le même patronyme dans les temps actuels.

Vînt dans un premier temps, le grand et puissant Dieu appelé Pulse. Le but qui lui fut confié n’est autre que de trouver la porte du monde invisible en fouillant entièrement le monde. C’en suivit Etro, déesse à l’image de Mwynn. Horrifié devant l’affreuse vision de sa création, Bhunivelze opta pour ne lui donner aucun pouvoir, elle sera impuissante. En conséquence de cela, il engendra un nouveau Dieu : Lindzei. Sa tâche est simple, il doit simplement protéger son créateur contre toute menace. Ainsi, Bhunivelze s’endormit dans un stase cristalline, ordonne à Lindzei de le réveillé une fois la porte du Valhalla découverte.

Pulse, dans son envie d’accomplir son but, décida d’étendre le monde afin d’avoir plus de recherches à effectuer. Pour ceci, il créa de nombreux fal’Cie qui lui permettrait d’avancer bien plus rapidement et efficacement. Lindzei, chargé de la protection de son créateur voulu également défendre le monde, pour cela, lui aussi créa d’innombrables fal’Cie. Quant à elle, Etro, sans pouvoir elle ne put rien créer. L’unique chose qu’elle possédait était sa ressemblance avec une mère introuvable. Dans le désespoir qui était le sien, elle mit fin à ses jours sans intérêt. Son sang se répandit dans le monde et de celui-ci, naquit la race humaine. Leur but était superflu, ils devaient mourir, à l’image d’Etro qui n’a vécu pour rien d’autre que cela. Finalement, elle disparut à son tour dans le monde invisible.

Le monde courait à sa perte quoi qu’il arrive, c’était une destinée inéluctable. Si l’équilibre entre le monde visible et invisible finit par être brisé, alors tout disparaitrait, un bien triste sort. Mwynn désireuse de sauver le monde, ne pouvait rien faire face au chaos qui menaçait d’envahir le monde invisible. Cette dernière allait périr lorsque qu’Etro arriva face à elle. Mwynn lui demande de protéger l’équilibre, mais elle ne fit rien, restant insensible aux dernières paroles d’une mourante.

Finalement seule, Etro observa les humains, sa création sans but, elle se prit d’affection pour eux, qui finiront à leur mort, baignés dans le chaos. Lorsque leur vie est finie, les humains sont accueillis par la déesse dans le monde invisible, elle est souriante et semble chaleureuse. Etro décida d’offrir à la race humaine un présent peu commun, une partie du chaos, que cette seule race possèdera. Ils nommèrent cela, le « coeur ». C’est ainsi qu’il reçu leur pouvoir le plus puissant, bien qu’ils l’ignorent à cet instant.

Les humains nommèrent Pulse comme leur Dieu tout puissant, Lindzei, leur protecteur et Etro, la déesse de la mort. Avec leur cœur, les humains possédaient donc une part du chaos, c’est grâce à cela que l’équilibre du monde fut enfin assuré. Bhunivelze, dormait toujours, cela durera sans doute l’éternité. Mais alors, les Dieux, lassés par leur tâche respective , décidèrent de quitter le monde. Ils donnèrent à leurs fal’Cie le contrôle de leurs création. Pulse donna son patronyme à une terre aujourd’hui connu sous son nom entier comme Gran Pulse. Lindzei créa un cocon afin d’y attiré un grand nombre d’humain, il s’agit bien évidemment de Cocoon. Ce dernier demanda à ses fal’Cie de faire revenir leur créateur, Bhunivelze et donc, pour cela, trouver la porte du Valhalla. Les fal’Cie, en premier lieu Barthandelus, compris comment faire. Si le chaos qui était dans le cœur des hommes retournait au monde invisible par une porte, un grand nombre ouvrirait un plus grand passage. C’est suite à une guerre que les fal’Cie durent réparer Cocoon. Il prit des matériaux de Gran Pulse et par la même occasion, un vestige dans lequel était enfermé un fal’Cie endormi.

Les humains des deux contrées se haïssaient. Certains jugeaient que quitter la terre sainte de Pulse était un blasphème. D’autres voyaient que ne pas vivre sur Cocoon, n monde généreusement offert par Lindzei serait pure folie. Ainsi, à travers les âges, deux clans se distinguèrent et les fal’Cie de Cocoon jouèrent sur cette haine vivace qui se transforma en la peur de qui qui est inconnu. Il ne restait plus qu’à attendre le réveil du fal’Cie du vestige. Barthandelus était patient, il savait que cela prendrait des siècles, mais c’était le prix à payer pour le retour du Créateur.


❝Caius, le héros sans égal célébré dans la légende de Paddra.❞
─ Fleur de Helmwige

─ Un guerrier comme tant d'autres ─


Caius se tenait là, dans a ville luxuriante qu’est Paddra, sur Pulse, terre magnifique créer par le fal’Cie du même nom. Il y a bon nombre de ville ici, la plus connue, celle connaissant le meilleur espoir d’avenir était celle où vivaient le Clairvoyants. Si ce nom porte à croire que ces derniers connaissent l’ensemble de ce qu’il y a savoir, ce pouvoir n’est en réalité possédé que d’une personne. Qui est-ce ? Paddra-Nsu Yeul, dirigeante des Clairvoyants, elle est vénérée de tous et répand la parole qui lui confient ses prophéties. Son don lui fut octroyé par Etro, déesse de la Mort et du Chaos en personne. Chaque Clairvoyant vouait un culte au chaos plus qu’en toute autre chose en ce monde.

Si l’on devait décrire le mode de vie de ce peuple, il est assez similaire de ce qu’il se trouve ailleurs. Une Reine, des guerriers dont les plus valeureux sont nommés « gardien » et protègent la prophétesse. Il n’y a en réalité qu’une seule et unique personne ayant le droit de porter ce titre. Il devra alors protéger Yeul contre toute menace, qu’il s’agisse d’un ennemi, d’un ami, d’un monstre et ce, au péril de sa propre vie, s’il le faut. Caius n’est pas encore un Gardien, mais il est déjà en bonne voie pour être l’un d’eux, dans un futur proche. Il n’est pas encore connu et comté dans la légende comme étant « Caius de Ballad ». Il est presque anonyme à cet instant et personne n‘est capable de dire qui il est réellement. Il serait arrivé à Paddra il y a moins d’un an, mais sa force lui a permis d’être accepté bien vite auprès des Clairvoyants.

En devenant l’un des leurs, il jura allégeance à la prophétesse et promit qu’un jour, il serait son plus fervent Gardien. Personne ne croyait que ce Caius sans nom, malgré sa puissance ne devienne un jour, le successeur d’un des protecteurs. Il y avait des Clairvoyants biens plus forts que lui, il n’était pas exceptionnel. Il s’agissait là, d’un guerrier comme tant d’autres. Un homme toujours agréable à avoir de son côté, mais sans destinée prometteuse.

Les habitants de Gran Pulse haïssaient ceux de Cocoon, d’anciens frères attirés par les douces promesses de Lindzei. Ils avaient quittés la terre sainte pour un monde artificiel qui n’a pas lieu d’exister. Cela faisait plusieurs siècles déjà que Pulse et Cocoon vivaient sans aucun lien, chacun de leurs côtés. Toutefois, la prophétesse Yeul mis en garde les Clairvoyants contre Cocoon. Il n’y avait aucune haine dans ses paroles, aucun mépris, mais elle avait vu ce qui ne c’était pas encore produit. Une guerre menaçait d’exploser, la plus grande qui puisse voir le jour. La tribu de Paddra, pourtant déjà bien entrainée continua à se renforcer devenant de plus en plus puissant. Ils pouvaient ainsi contrer toute menace et protéger leur reine encore plus vaillamment.

Caius, malgré ses promesses de protection était encore très solitaire. Il n’était pas très aimé, il n’était pas détesté non plus. Il n’était qu’un homme que personne ne connaissait, un inconnu et ce que l’on ignore nous fait peur. Yeul, quant elle semblait déjà s’intéresser à cet homme, encore une fois, elle savait. Caius s’entrainait tous les jours contre les monstres les plus puissants de Pulse dans une discrétion des plus totales. Il se battait avec une épée la lame très large, elle avait un poids considérable, mais il la maniait comme nul autre n’aurait put le faire.

C’est un jour, plus d’une année plus tard, lorsqu’un village voisin, jaloux de la puissance de Paddra que Caius montra sa réelle valeur. Ils furent attaqués et celui qui était encore une personne quelconque était là, avec les autres Clairvoyants pour défendre la prophétesse. À lui seul, il vaincu plusieurs dizaines d’ennemis qui ne le touchaient qu’à peine. Ce fut là, le premier fait d’arme connu de Caius. Personne ne s’attendait qu’il soit en réalité si fort, rien ne laissait présager qu’il soit l’égal des plus grands Gardien que la cité ait pu voir. Yeul savait déjà que même s’il n’était pas Gardien, il donnerait sa vie pour elle, aussi, elle avait vu ce qui allait se passer le lendemain.

Tous les clairvoyants étaient réunis et au centre, le Gardien de la prophétesse face à Caius, prétendant à ce titre. Ce combat fut une lutte acharnée qui dura plus de deux jours sans repos. Il n’était simple pour aucun des deux guerriers de vaincre l’autre. C’est alors que Caius changea radicalement sa façon de se battre, déstabilisant totalement son adversaire. Plutôt que d’aller à l’assaut contre une défense presque impénétrable, il recula, tenant son épée face à lui, lame vers le bas, comme pour créer un rempart. Il attendit, patiemment, que son rival commette l’irréparable et cela qui se produisit. Alors que le Gardien voulu attaquer, Caius profita d’une faille dans sa défense et le fit trébucha d’un cou dans le genou. Suite à cela, il planta sa lame dans le ventre de ce dernier, mettant un point final à cet affrontement éprouvant. Il venait de montrer qu’il en était digne, il était désormais, le nouveau Gardien.

Pour autant, ce n’était pas fini, alors qu’il était à bout de force, il lui restait l’ultime épreuve. La déesse Etro venait de faire de lui un l’Cie et il devait déjà affronter l’Eidolon qui lui sera attribué s’il le vainc. Pourquoi maintenant alors qu’il est sur le point de flancher ? Parce qu’il surmonte cet obstacle maintenant, il sera capable de tout surmonter d’une poigne de fer. Il dut affronter Bahamut, une version emplie du Chaos de la déesse, une bête puissante. Une fois encore, il vaincu et Caius montra à tous qu’il tait un Clairvoyant, qu’il était un Gardien, qu’il était leur égal, lui qui n’avait participé qu’à une seule bataille. Caius avait eut sa revanche contre tous et protégeait la prophétesse ardemment. Cette dernière lui dit de ne pas baisser son attention, que ce n’était pas fini. S’il était interdit à Yeul d’interférer sur la ligne du temps malgré ses visions, elle savait que ce conseil n’allait rien changer sur ce qui se produirait un mois plus tard.

Oui, le titre de Gardien était convoité et malgré le fait que Caius ait tué son prédécesseur insensiblement, un nouveau prétendant était arrivé. Cette fois-ci, ce fut encore plus difficile qu’avant à tel point qu’il cru que c’en était fini pour lui. Toutes les attaques de Caius étaient impuissantes et repoussées, chaque fois qu’il voulait stopper les assauts de son rival, sa défense fut brisée. Il était maintenant à terre, il ne restait que le coup fatal à porter… Sauvé par le gong, Caius n’eut pas à mourir, la ville se faisait attaquer par d’innombrables ennemis. Tous se mirent à protéger Yeul, même Caius déjà exténué. Ils se battirent avec honneur, mais un ennemi surgit subitement près de la prophétesse, prêt à la tuer sauvagement. C’était au Gardien de la défendre, mais il n’en eut pas le temps, c’était celui qui l’avait défié qui se sacrifia à sa place.

Le lendemain, la bataille était finie, mis Caius en gardait un goût amer. Cela aurait dû être lui, il devait donner sa vie et non une autre personne. Il était en colère contre lui-même, mais en mémoire de ce grand guerrier qui a donné sa vie pour Yeul, il porta son nom et devint Caius de Ballad. Durant les années qui suivirent, sa puissance ne cessa de grandir, jamais plus il restera impuissant face à la menace. Des écrits mentionnent les exploits de Caius, une puissance colossale, il affrontait des myriades d’ennemis d’une facilité déconcertante et sa légende fit le tour de Gran Pulse. Que ce soit des nomades, des habitants de petits villages tels qu’Oerba, tous avaient un jour entendu son nom. Il était décrit comme un monstre, quelqu’un de dangereux qu’il ne faut croiser. Dès lors, plus personne à Paddra n’osa le défier.


❝ Ce « Caius »… On a déjà entendu parler de lui. C’est une malédiction, un vrai monstre.❞
─ Oerba Yun Fang

─ La fin n'est pas arrivée ─


Si la crainte et la renommée de Caius s’étendaient bien plus loin qu’à la frontière de Paddra, le respect que lui portent les hommes n’était que celui de ses compagnons. Ainsi, malgré sa puissance, malgré ses faits d’armes, la cité ne cessait de se faire attaquer. Une lutte acharnée et un rôle qui n’a jamais été aussi important pour le Gardien. Si à chaque fois, il parvenait à repousser les assauts ennemis avec ses frères d’armes, il y eut un jour où l’avenir sembla bien moins certain. Excepté bien sûr, pour la femme qui avait les yeux d’Etro, Yeul savait ce qui allait se passer. En tant que prophétesse, il était de son devoir d’avertir, sans toutefois chercher à modifier les évènements.

La dirigeante de Paddra vint voir Caius, le jour même où une attaque devait se produire. Elle était attachée à Caius plus qu’à quiconque dans la cité, mais elle devait être certaine que son dévouement était sans faille. Un Gardien se doit de protéger la ligne du temps, il doit faire en sorte que les prophéties s’accomplissent aussi atroce puissent-elles être. Lorsqu’elle lui parla, elle annonça son futur, un sombre présage.

« Caius, en me protégeant, tu devras mourir. »

Ce dernier compris bien vite que ce n’était pas là, un avenir lointain, mais que ça se produirait très tôt. Il garda son calme, son sang-froid de guerrier ne laissait rien transparaître sur son visage. Il fit une révérence à la prophétesse, posant un genou au sol.

« Si tel est mon devoir, je vous protégerai, ma reine. »

Caius avait fait allégeance à la dirigeante de la cité lorsqu’il était devenu Gardien et quoi qu’il arrive, il tiendrait la promesse de la protéger, même au péril de sa propre vie. Si la mort n’était pas une chose désirée, mourir pour avoir défendu le joyau de Paddra serait le plus grand honneur qu’il puisse connaitre.

Ce qui devait arriver, arriva. La cité fut assiégée une fois de plus et ce n’était pas maintenant que Caius allait baisser les bras. Il prit en main son épée et avec les autres Clairvoyants, ils foncèrent, prêts à remporter une nouvelle victoire. Tout se passait bien, ils réussirent à prendre l’avantage sans mal, mais le Gardien gardait en mémoire ce que lui avait dit Yeul, il mourrait en la protégeant. Il se retourna vers elle et vit un groupe d’ennemis sur le point d’arriver à son niveau. Ils étaient trop nombreux pour qu’à lui seul il parvienne à les repousser et même s’il appelait ses alliés, ils arriveraient trop tard.

Caius décida de faire ce que personne avant lui n’avait fait, une invocation incarnée. Il savait qu’ainsi, il serait plus efficace qu’en invoquant Bahamut à ses côtés, il aurait ses pouvoirs mêlés à ceux de son Eidolon, libérant ainsi un potentiel inaccessible autrement. S’il était le premier à oser faire cela, c’était simplement parce que ça le tuera. Il s’en moquait, sa vie n’était rien comparée à celle de la prophétesse et sans peur, il se transforma en Bahamut du Chaos. Sous cette forme monstrueuse, le roi des dragons était bien plus grand que sous sa forme originelle et surtout, plus puissant. En un coup de griffe, il balaya ses ennemis, en tuant certains par la même occasion.

Caius était si imposant et tellement effrayant sous cette forme que la guerre s’interrompit dans la cité, tous le craignaient, amis comme ennemis. Mais sa tâche ne serait pas terminée tant que la menace ne serait pas éliminée. Ce que les Clairvoyants voyaient comme une énième tentative de renversement du pouvoir de la cité, Yeul voyait plus loin. En ce moment même, tout Pulse était en guerre et le véritable ennemi était Cocoon. Ces évènements seront connus plus tard comme étant la Guerre de Transgression.

Grâce à Caius, la cité fut vite de nouveau en sécurité, il reprit forme humaine, s’écroulant sous le poids d’un pouvoir trop grand, même pour lui. Yeul couru jusqu’à lui, le tenant dans ses bras jusqu’à son dernier souffle. Elle ne voyait plus aucun avenir pour lui, tut ce qui lui était permit de voir était une bête géante qui devait détruire Cocoon : Ragnarok.

Du cœur de la cité, tous purent voir la gigantesque créature se propulser jusqu’à la terre de Lindzei. Ragnarok détruisit même une partie de la couche de Cocon. Toutefois, un miracle se produisit, Etro vint interrompre le conflit en arrêtant la bête destructrice, elle venait de renverser le cours du temps. Ce qui ne devait pas se produire, se produisit tout de même. Ainsi, Cocoon vainquit, dès lors, Pulse commença à s’enfoncer dans une lente agonie. Plusieurs civilisations, villes, villages avaient été détruits, même Paddra accusait le coup. C’était certainement le lieu qui avait le moins subit les stigmates de la guerre, mais la tristesse était présente. Leur plus grand guerrier était mort, une légende venait de s’éteindre. Ils croyaient cela, mais au moment même où Etro avait inversé les évènements de la guerre, elle qui avait offert ses yeux à la prophétesse eut pitié du gardien le plus valeureux qui ait existé. La déesse de la mort offrit donc son cœur à Caius, la mort lui était désormais hors d’atteinte à moins qu’un autre Gardien ne prenne sa place. Le Gardien immortel reçu d’Etro une épée créée à partir d’une créature disparue depuis si longtemps que nul ne la connait. Au cœur de celle-ci se trouvait l’eidolithe de Bahamut. Caius n’était maintenant plus un l’Cie. Ce que tous virent comme un second miracle n’était qu’une malédiction, le paradoxe éternel.



─ La fin du règne ─


Chaque don d’Etro était également une malédiction, Caius, tout comme Yeul, l’eurent bien compris quand sonna le glas de la cité. La prophétesse eut une nouvelle vision, celle de la perte de cette civilisation. Elle annonça à tous que la cité allait être détruite, sans dire de quelle façon cela allait se produire. Ironie du sort, c’est précisément les paroles de Yeul qui causa leur perte. Certains craignirent de périr dans cette destruction et quittèrent les lieux. D’autres refusèrent que cela ne se produise et la peur étreignait leur cœur. S’en suivit une violente guerre civile et la chute de cette civilisation.

Yeul, effrayée par son propre pouvoir décida alors de quitter son statut de dirigeante, elle ne s’en sentait pas digne et elle refusait que ses visions détruisent tout autour d’elle. Elle refusa également d’enregistrer ses visions à l’aide du fal’Cie. Désormais, ce serait seulement Caius, grâce au cœur du Chaos, qui serait le seul et unique être capable de voir et de garder les visions en lui. Yeul n’était plus la reine, elle n’était que Yeul, tout simplement. Elle, Caius, ainsi que quelques Clairvoyants quittèrent Paddra et devinrent une tribu nomade.

Des années, des décennies passèrent, la malédiction frappa à maintes reprises. Bien que Yeul ne veuillent plus voir l’avenir, elle y était obligée et cela la consumait. Caius, impuissant face à cela vu mourir sa protégée un nombre de fois insupportable. Il avait des pouvoirs inimaginables, certains disaient que son cœur lui conférait une puissance supérieure à celle des fal’Cie. Alors, pourquoi ce sentait-il si coupable ? Pourquoi ne pouvait-il rien faire pour empêcher cela ? Jamais personne avant lui n’avait pu voir la prophétesse mourir autant de fois, leur vie était trop courte. Caius, lui, restait auprès d’elle malgré toutes ces morts inéluctables. À ses yeux, ce n’était pas toujours la même Yeul qui vivait avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Elles étaient toutes uniques, chacune avait sa particularité et c’est donc de nombreuses amies qu’il pu voir disparaître.

Il ne supportait plus de voir cela, c’en était trop, une cruauté inutile, sans aucun sens. Yeul vivait en sachant quand elle devait mourir sans pouvoir y changer quoi que ce soit. Une mort perpétuelle sans une vie pour lui donner le moindre sens. Elle ne devait plus souffrir, il fallait changer les choses, il était désormais temps que Yeul soit libérée. Il était évident que c’est plus évident à dire qu’à faire. Comment empêcher cette réincarnation forcée qui perdure déjà depuis si longtemps ? Caius eu d’abord une idée, si la prophétesse tient cette malédiction d’Etro, il fallait éliminer la fautive. Cette déesse, sans doute l’idiote la plus magistrale qui soit. Tout ce qu’elle fait peut finir un jour ou l’autre par se retourner contre elle, le Gardien l’avait aisément compris. So pouvoir lui permettait de naviguer à travers les âges, mais aussi d’un lieu à l’autre. L’accès au Valhalla lui était permis, c’est ici qu’il amenait Yeul après son trépas depuis des décennies. Aussi étrange que cela puisse paraitre, il n’y avait personne en ce lieu maudit, ni déesse, ni protectrice, c’est un futur différent de celui qui est aujourd’hui la vraie Histoire. Il n’avait rien ni personne pour empêcher l’accomplissement de sa mission, mais ne savait pas comment la remplir.

Ce n’est qu’en 200 AC, qu’une bribe de solution apparut. Yeul avait vu deux personnes, un homme et une femme, tous les deux jeunes, bien plus que ne l’est Caius. Ils touchèrent un réceptacle de prophétie, Yeul voulait absolument enregistrer ses visions bien que ce ne soit plus nécessaire. Ce qu’ils virent sembla bouleverser la jeune femme, pourtant, il s’agissait là d’évènements vieux de deux siècles. La prophétesse expliqua qu’ils s’agissaient de voyageurs, ils parcouraient la ligne du temps, la déformant. Le Gardien entra dans une certaine colère bien que dissimulée sous un visage muet. Il n’était as seulement le protecteur de son amie Yeul, mais aussi du temps, c’est une de ses missions. Ils ne comprenaient rien à leur folie, en modifiant l’avenir, la passé changeait également pour concorder avec ce qui a été écrit. La sanction serait des plus sévères, la mort sans autre forme de procès. Seulement, quand Caius voulu entrer en conflit, Yeul le stoppa, la ligne du temps avait été modifiée, il fallait s’en tenir à cela et se résigner.

Ce qui troubla le plus Caius, sans qu’il ne le montre pour autant, c’est que le jeune homme, Noel, semblait très bien connaître le Gardien. Ce qui était certain, c’est que ce qu’il s’est possiblement passé dans l’histoire de ce jeune homme ne s’était pas encore produit dans la vie de Caius, il s’en souviendrait à coup sûr. Yeul lui expliqua, il fera partie de son avenir, son élève, le dernier des Clairvoyants, le dernier homme qui pourrait devenir un Gardien, le dernier homme, tout simplement. Caius eut un éclair de lucidité, c’était lui, il était la clé qui libéra la prophétesse de ses souffrances, il fallait attendre, encore.



─ Une longue attente ─


Coming soon.



─ Arrivée inespérée ─


Coming soon.



─ Départ brutal ─


Coming soon.



─ Affrontement perpétuel ─


Coming soon.



T E S T RP

─ Altérations imprévues ─


Un combat sans fin, sans vainqueur… Aussi puissant puisse être Caius au Valhalla, il devait se replier afin de reprendre ses forces. C’est ainsi qu’il se rendit en l’an trois après la chute, non loin de Neo-Bodhum. D’ici, il pouvait apercevoir le cristal qui maintenait Cocoon. Il n’avait pas choisi cette date par hasard, il savait que Noel apparaitrait ici. Ils s’étaient brièvement croisés durant son affrontement avec Lightning, Caius l’avait attaqué, mais sans vouloir le toucher. En voyant cela, le jeune Noel voudrait immanquablement le retrouver. La gardienne de Valhalla lui avait confiée une mission, Caius savait déjà laquelle. Bien qu’il ne voyage plus avec Yeul, il avait en mémoire les prévisions de cette prophétesse. Etro avait bousculé le cours du temps pour sauver des l’Cie, ce qui a ainsi modifié toute chose, passé comme futur. Yeul avait vu un destin empli de tristesse, un combat entre deux anciens amis pour décider du sort de l’humanité. Elle avait prédit ce que Caius avait prévu de longue date, bien avant la naissance du dernier humain.

Le gardien éternel observait calmement le cristal, un jour, celui s’effondrerait, une étape inéluctable. Bien que cet homme fasse croire qu’il s’agit de son but ultime, il n’en est rien, ce n’est qu’une façon d’entretenir la colère de Noel. Tout reposait sur ses frêles épaules, il devait s’endurcir et c’est pour cela que Caius quitta leurs terres communes. En menaçant de tuer Lightning, en promettant la destruction du pilier qui engendrerait la fin du monde, le gardien anime l’espoir qui brille dans le cœur de son ami. Sans la volonté de vouloir modifier le futur, sans cette envie de stopper son mentor, Noel ne parviendrait jamais à remplir son rôle. Caius baissa lentement les yeux, repensant à toute la souffrance qui fut infligée à Yeul… Bientôt, elle sera sauvée, toutes les Yeul seront saines et sauves. Plus de morts inutiles et de souffrances perpétuelles…

Subitement, un grondement retentit, un météore déchire le ciel dans une course effrénée vers le sol, le voila, il arrive. Noel, le dernier humain venait de changer d’époque, accompagné de quelques monstres que Caius avait invoqués au Valhalla. Très vite, tout cela tourna à la panique, des coups de feu dans tous les sens, des créatures par centaines, mais le plus important… Noel faisait connaissance avec Serah, la sœur cadette de Lightning. Là plus grosse erreur qu’aura ait la déesse guerrière aura été de mêler cette personne à tout cela. Le gardien, au dessus d’une falaise voyant toute la scène, exactement comme Yeul l’avait vu il y a déjà un moment. Intervenir maintenant est inutile, très vite, ils décideront de partir en périple. Dans leur futur se passera des évènements qui se sont déjà produits dans le passé de Caius.

C’était il y a cinq cents ans du point de vue de l’éternel protecteur, il y avait croisé Noel. À cet époque, il accompagnait encore Yeul, il aurait pu détruire ces deux personnes qui modifient le temps et réduisent la vie de la prophétesse, mais cela n’aurait rimé à rien. Caius en avait assez vu, il pouvait partir, il désirait voir autre chose. Bien sûr, cela allait lui déchirer le cœur, mais le chaos n’est-il pas éternel ? Il disparut dans un nuage de fumée pour réapparaitre aux monts Yaschas, à la même époque. Il faisait sombra et pourtant, l’homme voyait exactement ce qu’il désirait. Caius se tenait une fois de plus en haut des falaises et il se vit lui-même, accompagnant la Yeul de ce temps. Il savait… Il savait que dans à peine moins de dix minutes, elle succomberait à se dernière vision.

La prophétesse se mit trembler, ses yeux s’éclaircirent du symbole doré de la déesse du Chaos, c’était l’heure. Le Caius de cette époque ne fit rien, il n’y avait de toute façon rien à faire pour changer cela maintenant. Elle mourrait pour renaître encore… Toutefois, dans ses dernières paroles, une incohérence se produisit. Cela remontait peut-être à cinq siècles plus tôt pour lui, mais Caius se souvenait clairement de ce moment. « Le futur a changé, les cristaux sont connectés, Cocoon et Pulse ne sont plus seules. » Ensuite, elle s’effondra sur le sol. Subitement, Caius put voir apparaitre un nouveau souvenir, ou plutôt une bribe de mémoire modifiée. Il voyait cette ancienne prophétie qui n’avait autrefois jamais eut lieue.

Quelque chose ou quelqu’un venait de transformer la réalité bien plus qu’elle n’aurait déjà dû l’être. Dans cette vision, Caius vit des êtres morts reprendre vie, mais plus encore, comme venait de le dire Yeul, Cocoon et Pulse n’était plus les deux seuls et uniques mondes. Le gardien ne put déchiffrer que certaines images brouillées, un homme étrange, un cristal qui expose, de nouveaux lieux et puis rien d’autre. Tant d’anomalies, de paradoxes prenant vie au même instant, le cours de l’histoire finirait par changer encore et encore, plus qu’elle n’est supposée être modifiée. Yeul… Elle allait souffrir plus qu’il était permis de lui infliger. Le Caius de l’époque emmena la prophétesse au Valhalla tandis que celui qui venait d’arriver laissa couler des larmes de tristesse. Il serra des poings lorsque son regard s’assombri d’une rage malveillante.

Avant de mettre des bâtons dans les roues de Noel et lui donner envie de se surpasser, il devait trouver cet homme, celui de la vision. Si l’éliminer ne résoudrait certainement que peu de choses, il se devait de le rencontrer et d’en apprendre plus. Cela est contre-nature, il était devenu un gardien solitaire, sans personne à protéger, mais toutes les Yeul du passé état gravées en sa mémoire et leurs douleurs déjà si horribles finiraient par s’intensifier s’il restait les bras croisés.

Contrairement à Cocoon et Gran Pulse, il était impossible de se rendre dans les autres mondes par vaisseau ou un quelconque moyen habituel ici. Une petite pierre chuta à ses pieds, comme une réponse à ses attentes. Il put ainsi comprendre une partie de la vision, des personnes usaient de ce qui ressemblait à des cristaux pour apparaitre dans un autre lieu. Il saisit bien vite que cet artéfact était son billet de transport pour une destination nouvelle. Caius regarda le ciel et les nuages qui voyageaient. « Je te sauverai Yeul, je te le promets. » Il se baissa pour saisir le cristal et en un instant, il disparu de Gran Pulse.

Il venait d’arriver dans un lieu des plus singuliers, un endroit qui n’était dans la prophétie, l’homme qu’il avait aperçu ne se trouvait pas ici, Caius en était certain. Toutefois, il décida de voir ce que ce lieu lui réservait et c’est avec grande surprise qu’il vit un monstre qui lui était inconnu. Le gardien cacha son étonnement, mais il se rendit compte que le mot « monstre » était un peu fort. S’il devait le comparer à une créature de Gran Pulse, ce serait sans aucun doute à un Habanero. C’était simplement risible.

Caius s’approcha et à côté de la créature qui ressemblait à la fois à un homme et une chèvre, il vit un tableau d’inscription pour un tournoi. La première pensée qu’il lui traversa l’esprit était que ce serait une perte de temps d’y participer. Très vite, il revint sur cette idée, en effet, ici pourrait venir de valeureux adversaires, mais bien plus encore, des personnes qu’il pourrait utiliser pour son bu ultime. Le satyre l’observa à son tour avant de lancer la conversation.
    « En voila un grand gaillard avec une grosse épée, un complexe à combler ? Dit-il presque agressivement.
    - Contente-toi de m’inscrire, Caius Ballad. »

Il n’y avait rien d’autre à ajouter, plus vite il rencontrerait l’homme mystérieux, plus rapidement il pourrait aviser des moyens d’accomplir son objectif. Il trouva un nouveau cristal, Yeul avait dit qu’ils étaient connectés, d’une façon ou d’une autre, ils le mèneraient là où il le désir. En saisissant cette pierre, il pensa à ce qu’il ava vu, l’homme dans une forêt et en un instant, c’est là qu’il apparu. Le futur est en marche vers sa fin, bientôt une rencontre se produira et sans doute cela pourra accélérer les choses. Il ne fallait, maintenant, qu’un peu de patience.



Nous vous remercions de l'inscription & de la présentation !
Le staff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Caius Ballad [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crystal Connexion ::  :: Présentations :: Présentations en Attente-