Partagez|

Inscriptions au Tournoi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Broken Memories
avatar
Coucou ! Moi c'est
Print Calm



Messages : 530
Date d'inscription : 09/06/2011
Localisation : Spira - Forêt de Malcalania
MessageSujet: Inscriptions au Tournoi Dim 22 Avr - 2:12

Inscriptions au Tournoi


Voici le sujet où ce passera les Inscriptions au Tournoi. Seuls et uniquement ceux voulant s'inscrire au tournoi peuvent postés ici. Les autres, vous ne pourrez pas. Voilà comment ça ce passera :

• Tout d'abord, il faut atterrir sur le monde. Pour ce faire, vous pouvez utilisez un cristal bleu - ou rouge si vous croyez en la chance - afin de posé pied au Colisée de l'Olympe. •
• Les inscriptions ce passent à l'intérieur du hall, tenu par - pour votre plus grand plaisir - Philoctète. Eh oui, Philoctète, le même que celui du monde de Hercule. •
• Vous pourrez faire parler Philoctète dans votre RP si ça vous enchante. Attention, on ne veut qu'il bouge, qu'il fasse n'importe-quoi. Il vous parle et - connaissant le petit être - il vous balance une vanne ou deux. Après, ce n'est pas une obligation. •
• La couleur utilisée pour faire parler Philoctète est Silver. Si c'est la couleur utilisée pour les dialogues de votre personnage, changez celle de Phil'. •
• Vous ne pourrez, pour le moment, pas encore visiter les gradins ainsi que le terrain. Philoctète est positionné devant et vous empêche l'entrée sous prétexte que c'est encore en préparation. •
• Bien sûr, tout cela ce passe en un seul message RP. Ensuite, vous repartez par la grande porte qui vous mène au monde désiré. •
• Veillez à rester cohérent dans vos RPs. Merci •

C'est tout. Vous venez, vous postez et vous repartez pour le moment. Notez bien ; Les Inscriptions sont ouvertes jusqu'au Jeudi 31 Juillet 2012 à 19:00 !
Ce délai dépassé, les inscriptions seront closes. Venez donc dès que vous le pouvez !!

Aussi, après les inscriptions, nous vous informerons de la date du commencement du tournoi ainsi que son déroulement. Soyez donc attentifs !

Amusez-vous bien.


Dernière édition par Little Wrath le Dim 3 Juin - 19:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalconnexionrpg.forumgratuit.org
Broken Memories
avatar
Coucou ! Moi c'est
Print Calm



Messages : 530
Date d'inscription : 09/06/2011
Localisation : Spira - Forêt de Malcalania
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Dim 22 Avr - 2:16

Participants


Print Calm
Oerba Yun Fang
Xenia
Tifa Lockheart
Squall Leonhart
Kuja
Beatrix Ailee


Dernière édition par Print Calm le Jeu 28 Juin - 19:47, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalconnexionrpg.forumgratuit.org
Broken Memories
avatar
Coucou ! Moi c'est
Print Calm



Messages : 530
Date d'inscription : 09/06/2011
Localisation : Spira - Forêt de Malcalania
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Jeu 17 Mai - 15:47

Je m'échappai, englouti par cette lumière que produisait le cristal bleu que j'avais usé. Mon corps, mon âme étaient plus légers. Mes articulations claquaient comme des rouages mal entretenues, mes yeux fermés, je sentais les doux caresses du néant contre ma peau. J'étais entre tout et rien prêt pour le grand saut sur ce nouveau monde que j'allai découvrir, j'étais ici, là, nulle part. Je sentais une présence, celle de mon Moogle favori, Moguri, mais rien, je ne voyais rien, n'entendais rien. Je ne pouvais même pas dire si, oui ou non, son petit corps était aux côtés du mien. Je sentais juste son esprit, ni plus ni moins. M'enfin, le voyage fut rapide puisqu'une lumière scintilla au plus profond de mon âme, signe que j'étais arrivé à destination dans ce couloir de néant, enfin, le voyage se terminait, je sentais mes os craqués comme s'ils n'avaient pas bougés depuis des lustres, mon corps prenait forme sur ce nouveau monde, je m’étirai, yeux clos, paupières lourdes. Enfin, ces dernières se décidaient à me faire voir du pays et, lentement mais sûrement, elles s'ouvraient. J’eus, en première image de ce nouveau monde, un grand ciel azuré s'étendant indéfiniment.

Un ciel. C'est tout ? Oui. C'est tout. Ah non. Quelques nuages quand-même. Je ne sentais aucune texture sous mes pieds, rien, j'avais même l'impression de tomber. De trop tomber. Le vent souffla soudain de bas en haut, mes cheveux doré dansaient, suivant la valse de la soudaine bourrasque. En fait, je m'en rendis compte bien plus tard, mais je tombai réellement. Je m'en doutai un peu, mes atterrissages sur les nouveaux mondes étaient toujours forcés. Ma couronne faillit bien s'échapper, mais je la réceptionna avant. Il me manquait quelque-chose, quelqu'un, Moguri. Il n'était pas là, non, rien, pas un signe d'un Moogle dans le coin, nada, rien, toujours rien, pas un coucou. Je tentai bien de hurler son prénom, mais le vent coupait vite ma petite voix d'enfant et aucun son n'en sortait. Je commençai à m'inquiéter, oui, alors que j'étais en danger de mort. Je regardai difficilement en bas de moi pour apercevoir du sable, dont je m'approchai dangereusement. Hop, hop, je secouai les mains en brasse – façon de nager – pensant pouvoir éviter la chute, mais je ne pouvais rien faire, je vint très vite percuter le sable avant de m'enfoncer profondément dans celui-ci.
« Ai... Aïe... » c'est tout ce que je pouvais prononcer. Ca résumait plutôt bien la situation, un simple Aïe voulait tout dire, j'avais mal. Mine de rien, cela aurait pu être pire, j'aurai pu en mourir, heureusement que les grains marrons avaient amorti ma cascade.

Bref. Je sortais du trou que mon pauvre petit corps avait creusé dans le sol. Je plaçai mes mains sur chacune côtes et, dans un élan de souplesse, je baissai mon dos en arrière afin de faire craquer mes articulations un peu rouillées. Et cela fonctionna, je cru même m'avoir cassé le dos. Maintenant prêt à partir, je me repérai un peu dans ce nouveau paysage : du sable. Oui, que du sable. Du sable coincé par des murs faits de pierres. Une case. Il y avait seulement une porte située derrière moi et une autre devant, entourée de grandes statues. Rien d'autre. J'avançai petit à petit, mains autour de la bouche, tournant ma tête de chaque côté, hurlant le prénom de mon Moogle favori. Mais aucune réponses, rien, simplement un écho de ma voix et plus rien. Je ne désespérai pas et je continuai sans cesse de hurler, hurler, hurler, hurler. Je m'épuisai et, après avoir repris mon souffle, je recommençai. Mais toujours rien. Je m'inquiétai de plus en plus, j'avais peur, peut-être avait-il atterrit sur un monde différent, peut-être s'était-il perdu en chemin, peut-être était-il coincé entre les mondes. On ne savait jamais ce qu'il pourrai se passer de nos jours, il y a tellement de mystères. Le silence s'installa comme le vent souffla, rajoutant une lourdeur insupportable sur cette atmosphère qui me pesait déjà bien trop. Mais, un sifflement retentit quelques secondes et disparut dans le bleu du ciel. Je me retournai et scrutait l'endroit d'où provenait le son qui se répéta.


« Kupooooooooooooooooooooooooooooooo !! »
«  … Ah ? »
dis-je avant de me recevoir une touffe de poils en pleine tronche.

Je tombai à la renverse, ma tête s'enfonçant de nouveau dans le sable. Je voulais prendre cette boule de poils et la jeter le plus loin possible, je voulais la prendre et la cogner dans tous les sens, mais elle s'envola dans les airs avant que je puisse lui faire quoique ce soit.
« Hmmm, aaah, hmpfff... » soupirai-je en me relevant. Je passai mes mains dans mes cheveux plus qu'ébouriffés pour y enlever les grains de sables restés dans ma chevelure. Je restai calme un instant. J'entendais de petits battements d'ailes et, au moment où on s'y attendait le moins, je me retournai.

« Moguri !! » criai-je l'air ahuri.
« Kupo ? » me répondit l'interlocuteur qui n'était autre que ce fameux moogle que je cherchai depuis une dizaine de minutes environ. « Je vais te... te pendre !! Déjà, tu disparais et ensuite, tu m'atterris dessus et en PLUS, tu t'excuses même pas ?! » hurlai-je. Heureusement pour lui, il s'excusa quand-même et cette histoire fut très vite oubliée. Ont parlaient alors de ces deux combattants avec qui ont étaient précédemment sur Gran Pulse. Ils étaient plus qu'intriguant, surtout ce jeune homme qui était aussi muet qu'un fantôme. Hmmm... Squall Leonhart. Ouais, ils n'étaient pas là, j'en conclu qu'ils ne m'avaient pas suivi. Peut-être que c'était mieux ainsi, mais de nouveau, Moguri et moi-même, ont se sentaient affreusement seuls. Bref, après tout, ont s'en fichaient, tant qu'ont étaient tous les deux après tout. Je me re-concentrai donc sur l'endroit où j'étais actuellement. C'était donc cela, le monde où se déroulait le tournoi. Bizarre. Je disais à Moguri de me suivre et je poussai la porte entourée des deux statues. Une voix en sortit.

« Bienvenue au Colisée de l'Olympe gue... gamin ?! »

Comment ça, gamin ?!

« Euh... merci. »
« Je pense que tu t'es trompé d'endroit, retourne d'où tu viens, ici, c'est pour les guerriers, les héros ! »
« Eh mais, je suis un guerrier ! Et je suis ici pour le tournoi ! »


Non mais ! Je ne suis pas si innocent que ça.

« Hahaha ! Un gringalet comme toi ? »
« Gringalet.. ? Tu peux parler, toi, t'es tout petit, encore plus que moi ! »


Et je lui cloua le bec sur cette parole. Sans plus attendre, je repris :

« J'suis là pour m'inscrire ! On fait comment ?! » dis-je.
« Je t'aurai prévenu ! Signe ici... » dis le petit être tout étrange en me tendant une fiche.

Je prenais le stylo, j'inscrivais mon prénom ainsi que celui de Moguri et je repartais. « Tu verras si je suis un gringalet ! » J'avais pu lire sur la fiche que le tournoi ne commençait pas tout de suite, mais plus tard. Je ne tardai pas et reprenais mon chemin afin de pouvoir m'entraîner ailleurs.

Inscription de Little Wrath et prend la porte afin de se rendre sur Spira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalconnexionrpg.forumgratuit.org
Crystal of Courage
avatar
Coucou ! Moi c'est
Oerba Yun Fang



Messages : 129
Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 24
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Sam 19 Mai - 15:30

Fang entrevit la verdure de Gran Pulse et Squall pendant un court instant. Mais vraiment très court. La lumière apparut si intensément à la jeune femme qu’elle dû fermer les yeux. Fang n’aimait pas fermer les yeux. Bien qu’à l’époque où elle avait vécu il fallait compter sur ses autres sens, la belle brune se sentait plus à l’aise quand elle pouvait voir, entendre et sentir correctement. Le voyage lumineux lui sembla long et la jeune femme ne pouvait pas ouvrir ses yeux. Comme si une force les maintenait fermés, comme si regarder ce qu’il se passait devait rester à jamais secret. La dame des contrées sauvages senti bientôt ses pieds se poser sur un sol assez meuble. Elle se rattrapa de justesse, posant la main droite au sol, courbée par l’atterrissage. Se redressant Fang pus apercevoir l’endroit où elle se trouvait.

Il n’y avait pas à dire, il faisait beau temps ! Ciel bleu, un nuage de temps en temps. Fang trouvait la chaleur supportable. En face d’elle se trouvait une grande porte entourée de piliers en marbre blanc. Près de la porte deux statues prenaient place, toutes les deux montrant un homme avec une épée. Les deux épées se croisaient et Fang pensa donc que l’endroit était le bon. Elle décida d’entrer et ne fit guère attention aux autres détails décoratifs. Par contre, elle sentait une odeur qu’elle avait déjà rencontrée auparavant. L’odeur de… Moogle ! Cette petite bête possédait une odeur bien particulière que la belle brune n’oublierait jamais. Un mélange d’herbe fraîche et d’autres odeurs étranges.
Enfin soit, Fang poussa la porte et se retrouva dans un petit vestibule où elle vit quelques trophées et un autre passage en face.

Ayant l’habitude de marcher la tête haute, elle ne vit pas la petite créature qu’elle faillit cogner. Fang fut surprise de constater que devant elle se trouvait un demi homme demi bouc. Un drôle de mélange en somme ! Le buste d’un homme (et encore, il possédait des petites cornes dans sa chevelure) et les jambes d’un bouc. La jeune femme entendit d’abord un grognement et puis le satyre prit la parole.

« Oh tiens, salut ma gazelle ! Qu’est-ce qui t’amènes ici ? Tu veux de la compagnie ? ».

Fang rigola un bon coup. Il espérait quoi là ? Un rancard ?

« Il y a un tournoi ici biquette non ?

-Les femmes ne sont pas acceptées ! C’est pour les héros ici ma jolie !

-Ecoute moi bien demi portion, commença Fang en soulevant le satyre par le cou, je veux m’inscrire à ce tournoi point à la ligne.

-J’ai compris ! Repose moi maudite femelle ! ».

Fang dû signer un papier même si elle trouvait cela ridicule. Elle griffonna son nom entier et décida de redemander la même requête qu’aux garçons rencontrés plus tôt. Malheureusement Vanille n’était pas passé par là. Elle décida donc de sortir et de visiter un autre monde. Mais lequel ? Que visionner ? Elle se laissa porter par l’instinct et son esprit entrevu une forêt.

Nouvelle destination en passant la grande porte ! => Spira


____________________

Home sweet home, welcome to Gran Pulse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coucou ! Moi c'est
Jecht



Messages : 16
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 26
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Ven 25 Mai - 12:23

Xenia participe aussi.


Les choses ne changent pas, elles restent statiques, tout est figé, mais moi, moi j’ai changé… Depuis que le cristal est en moi, même mon corps s’est retrouvé modifié. Grandie à Kilika ? Qui pourrait y croire ne serait qu’un instant en voyant ma pâleur ? Je ne suis pas ce que l’on croit que je suis car je ne suis pas moi-même la majeure partie du temps. Comment peut-on prévoir ce que je vais faire si j’évolue à la moindre envie ? Tantôt Mélissa, tantôt Xenia, nous sommes deux, nous sommes un. Aujourd’hui, il faut nourrir le cristal, aujourd’hui il faut trouver une source d’énergie viable. Je m’étonnais moi-même à le désirer également, moi qui déteste faire du mal. Peut-être est-ce à cause de cet endroit ? Le Colisée de l’Olympe… Une terre où la verdure ne semble exister, une terre meurtrie où seuls les affrontements vivent.

Depuis que je suis Xenia, depuis que j’ai atteint un stade supérieur, je sais. Je connais l’histoire de ce lieu, les dieux grecs et leurs manigances, les tournois incessants, autant que je vois ça de mes propres yeux. Le sable sur le sol, comme si tout n’était poussière ou allait le devenir… Comment peut-on ce monde et ce qu’il est ? Toutefois, j’en ris… Oui, n’est-ce pas amusant de savoir qu’un jour, je deviendrai une guerrière dans un but ultime engendrant presque inévitablement la guerre ? Ils veulent se battre, ils le pourront. Néanmoins, c’est encore un peu trop tôt, je ne suis pas habituée à mon invité et lui comme moi, nous ne sommes pas encore assez puissants.

Des sifflements stridents me parvinrent, ils voulaient venir, il voulait voir, il voulait grandir. Non, ce n’était pas son tour, il n’y avait aucune raison que je le laisse intervenir, il n’y en avait aucune utilité, plus tard, lorsque ce sera l’heure. La chaleur accablante de cet endroit me convient cependant, je suis habitué à ce que le soleil frappe fort. Non loin, après les deux géantes statues de guerriers, un satyre se tenait devant la porte. Une créature bien curieuse, c’en est presque risible d’avoir telle apparence. Xenia m’a appris à ne pas se fier aux apparences, n’ai-je pas l’air doux et inoffensif ? Une arme bine redoutable qu’est l’effet de surprise.

Je m’avance lentement jusqu’arriver à deux mètres de lui. Je vois une inscription à côté, encore un tournoi de prévu. Et si c’était pour cela que le cristal m’avait inconsciemment poussée à venir au Colisée ? Oui, c’est certainement pour cela, il y aura certainement de quoi croître, ici. Le satyre me fixa du regard, ce que je n’appréciais que très peu.
    « Salut poupée, tu viens voir ce cher et tendre Phil ?
    - Je m’inscris au tournoi, répondis-je froidement en ignorant sa question.
    - Ça tient en trois mots ! Ce-n’est-pas-pour-les-frêles-demoiselles.
    - N’est-ce pas ouvert à tous ? Dis-je impétueusement.
    - Pour tous ceux qui ont au moins une maigre chance ! Il serait dommage de déformer ce beau visage. »

Il m’exaspérait, je n’avais qu’une envie à cet instant, lui briser la nuque… Mais que suis-je devenue ? Comment puis-je penser à de telles atrocités ? Quoi qu’il en soit, je voulais participer et je participerai. Je fermais les yeux pour les rouvrir quelques courtes secondes plus tard. Mon visage se fit plus dur, on regard lus perçant et déterminé. Même un sourire s’esquissa sur mes lèvres. D’une voix à la fois aigue et grave, une voix qu’on ne peut ignorer tandis qu’on a l’impression de ne pas l’entendre, je me mis à parler.
    « Lorsque l’avis d’une chèvre humaine nous intéressera, nous viendrons te voir, maintenant, inscris-nous.
    - Nous ? Bafouilla-t-il.
    -Xenia, c’est le nom que tu noteras sur la liste, je reviendrai à l’ouverture du tournoi. »

Je suis partie sans attendre de réponse, il ferait ce que je lui ai dis de faire. Mon visage retrouva sa douceur, je me sentais étrange, comme si je venais de me réveiller. Je n’avais pas rêvé, ce n’était simplement pas moi qui venait de parler et d’ordonner. Soit, maintenant que cela est fait, je vais pouvoir m’en aller.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I need a lover ♫
avatar
Coucou ! Moi c'est
Tifa Lockheart



Messages : 272
Date d'inscription : 01/04/2012
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Lun 28 Mai - 8:48

Spoiler:
 






« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. » ▬ Bertolt Brecht

Le voyage fut étrange. Je n'en ai pas un mauvais souvenir, ni un bon non plus. Mais je me rappelle de l'arrivée. Je me suis retrouvée en face d'un immense bâtiment, qui ne pouvait être que le Colysée au vu de l'imposante porte qui en barrait l'entrée. Il n'y avait aucun doute sur l'origine de ce bâtiment. Entourée par d'immenses colonnes et des statues aussi grandes que le mémorial du météore, je poussais un soupir ; Dans quoi m'étais-je encore fourrée moi ? Avançant lentement, pas à pas, j'entendais des bruits au loin. Des entrainements ? Des travaux ? Je poussais la porte - particulièrement lourde d'ailleurs cette porte - avant de rentrer dans un espèce de hall avec au bout une table derrière laquelle était installé une... « Chèvre ? » m'étonnais-je alors, à voix haute, prise de court. Depuis quand les chèvres tenaient des stands ? « Je suis un Satyre, ma mignonne. Y'a pas de chèvre ici ! » Un satyre ? C'était quoi cette invention encore ? Aussitôt, je supposais qu'il s'agissait d'une des expériences d'Hojo, avant de me souvenir que je n'étais plus sur Gaïa... Ce genre de créature existaient donc sur d'autres mondes ? Vraiment très étrange... Ca allait s'avérer enrichissant ce tournoi. Je m'avançais alors vers la table, me demandant si certains de mes amis passeraient également par là.

« Bon, ma jolie, c'est pas le tout, mais va falloir que tu fasses demi-tour. » Je posais les yeux dans les siens, manquant presque de devoir me mettre accroupie pour le pouvoir. Penchant la tête, je l'interrogeais du regard. « Ici, c'est pour les héros. Tu sais ce que c'est un héro ? » répliqua-t-il plus séchement que jamais. Il se fiche de moi ? Peut-être n'est-on pas sur Gaïa, mais enfin... Ca se voit que je sais me battre quand même, non ? « Après avoir vaincu Jenova, Sephiroth, et la bande de Kadaj, j'estime avoir droit à un peu plus de respect, 'Mam la chèvre. Je m'inscris donc pour le tournoi. Tifa Lockheart. » Il me lança un regard de défi avant de remplir une feuille et de me la tendre. Je la signais rapidement avant de tourner les talons et de reprendre la grande porte. Pour retourner chez moi, en attendant le début de ce tournoi de malheur.


Passe par la grande porte > Direction Gaïa

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lion Solitaire
avatar
Coucou ! Moi c'est
Squall Leonhart



Messages : 63
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 24
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Dim 10 Juin - 13:10

Spoiler:
 

    I'm not only here for your entertainment.

    Tu sentis l'air changer autour de toi, alors que tu t'obstinais à garder les yeux fermer. La lumière aveuglante qui t'avait entouré quand tu avais serré le cristal bleu dans ta main risquant de heurter tes pupilles grisonnantes, tes paupières s'étaient instinctivement abaissées dans le but de les protéger. Tu avais gardé les bras le long de ton corps, attendant patiemment que tout cessât de tourner autour de toi. Un courant d'air frais s'était engouffré parmi tes mèches brunes, les soulevant légèrement et les ébouriffant plus que d'habitude, caressant tes pommettes pâles. Tu sentais le même courant d'air frais tenter de se glisser sous ta veste, s'enrouler autour de tes membres. Tu ne fis rien pour essayer de t'en défaire... Tu trouvais même cela plutôt agréable. C'était frais mais pas froid, doux, pas trop insistant. Tu pris une grande inspiration, laissant l'air pénétrer dans tes poumons, sans cacher le bien-être que cela te procurait.
    Puis, tout d'un coup, tout se calma. Le souffle du vent sur ta peau s'atténua peu à peu jusqu'à disparaître totalement, cédant sa place à une chaleur que tu trouvais pesante, sous ta veste que tu n'ôtais presque jamais. Puis il y avait cette odeur et ces quelques rayons de soleil sur ta peau. Sèche, chaude, mais pas désagréable, la fragrance titillait doucement tes narines. Différente de celle plus humide que tu avais sentis sur Gran Pulse. En un mot comme en cent, sans même avoir ouvert les yeux, tu devinais aisément que tu te trouvais dans un environnement différent que les plaines. Tu restas de longues secondes ainsi, comme indécis sur ce que tu allais faire ensuite. Tu ouvris doucement les yeux, prenant ton temps pour ne pas que tes yeux ne soient agressés par le brusque accès de luminosité. Tes pupilles grisonnantes se posèrent d'abord sur le sol poussiéreux. Du sable, pensas-tu immédiatement. Les grains de sable devaient, sans aucun doute, être chaud à cause des rayons du soleil qui s'y écrasaient. Tu te surpris à penser que tu étais bien content d'avoir des chaussures aux pieds. Tu relevas lentement la tête, en profitant pour examiner convenablement le décor qui t'entourait. Tout était baigné de soleil, chaleureux... Tu t'y serais presque sentis à l'aise, si tu ne t'étais pas trouvé dans un environnement qui t'étais aussi peu familier. Les imposantes statues qui se dressaient face à toi ne parvenaient même pas à attiser un brin d'admiration. Ces monuments étaient pourtant fort jolis, bien que tu ignorais ce qu'ils pouvaient bien représenter. Tu fis un tour sur toi même, afin d'avoir un aperçu plus complet du paysage. Tu remarquas la grande porte qui s'était – pendant un temps – trouvée dans ton dos, pensant, qu'en cas de problème, connaître une telle issue pouvait être pratique. Une fois cela fait, tu te retrouvas de nouveau face aux statues et, après leur avoir lancé un regard plus que suspicieux, tu avanças vers elle, à pas mesurés et sûrs. Entre les deux corps de pierre se trouvait une porte, plus discrète que celle que tu avais remarqué quelques secondes plus tôt. Tu étais bien déterminé à découvrir ce qu'il y avait derrière.

    Doucement, presque délicatement, tu poussas le panneau – de bois ? De pierre ? Tu ne saurais trop le dire – et fronças légèrement les sourcils. Pour tout dire, tu ne t'attendais pas vraiment à arriver dans un tel endroit. Tu venais d'arriver dans une sorte d’antichambre éclairée par des torches qui se trouvaient de parts et d'autres de la pièce. Cela ne t'empêcha néanmoins pas de faire quelques pas au centre de la pièce. Tu remarquas que divers trophées étaient exposés sur chaque côté. Tu haussas les épaules en détournant le regard et en posant tes yeux sur... euh. Tu ne savais pas trop. Un satyre... Ouais. C'était bien ça...
    Dans un premier temps, tu n'osas pas bouger ou prononcer le moindre mot. Tu te contentas de fixer le dos du petit... personnage qui s'affairait à une quelconque corvée, ne semblant pas avoir remarqué ta présence. Et après quelques secondes, durant lesquelles tu avais flotté dans une certaine perplexité, tu avais fais un pas en avant de prendre la parole, tout en essayant de ne pas trop te poser de question quant à la nature de l'être qui se trouvait juste sous tes yeux.

    « C'est ici pour s'inscrire au tournoi ? »

    Le satyre sursauta. Il tourna les talons et ancra son regard noir dans le tien, suspicieux. Tu ne fis rien pour briser l'échange aussi tendu que furtif. Ses yeux prirent ensuite la liberté d'examiner le reste de ton anatomie, avant qu'un sourire satisfait n'étire discrètement ses lèvres après avoir aperçu ta Gunblade. Tu haussas brièvement un sourcil.

    « Bien, viens-là mon p'tit gars. Tu signes là et c'est bon ! »

    Ah. C'était aussi simple que ça ? Hm. Tu hésitas un instant avant de t'emparer du stylo et de la feuille, prenant ta plus belle écriture pour signer au bas de la page. Le satyre prit le temps de lire ton nom quand tu lui rendis la feuille. Squall Leonhart.
    Tu tournas ensuite les talons, n'ayant guère l'intention de t'attarder plus longtemps en ces lieux.

    « Et... ne t'en fais pas mon p'tit gars, tu seras prévenu quand le tournoi débutera ! »

    Tu te contentas d'hocher la tête, avant de te diriger vers la grande porte. Porte que tu franchis sans la moindre hésitation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coucou ! Moi c'est
Kain Highwind



Messages : 119
Date d'inscription : 26/02/2012
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Dim 17 Juin - 12:35

♛ Inscriptions au Tournoi
« I am back,
I am Kuja,
Remember this name,
After your death. »


Il faisait froid. Enfin, il était censé faire froid. Bien que je sentais l'air glacial sur ma peau, je n'avais aucunement froid. J'avais été conçu de telle façon à ne pas ressentir la chaleur, douleur ou encore le froid. Mais j'étais une expérience ratée et donc, je pouvais – dans certains cas – ressentir ces choses humaines. J'étais comme Djidane, en somme, avec un niveau intellectuel et une force bien au-dessus de la sienne. Oh, bien sûr, il avait réussit à déjouer mon plan dans le monde du cristal. Mais il était accompagné de ses – soit-disant - amis. Seul, il n'aurait pas fait grand-chose, croyez-moi. Et depuis, j'avais cette haine qui ne me quittait plus. Elle grandissait de jours en jours. Comment avais-je pu perdre, moi, Kuja ? Face à des êtres inférieurs. La colère avait parlée à ma place et m'avait finalement perdu. La colère ou la folie ? Un peu des deux, je dirai. Mais j'avais un autre sentiment. La peur. J'avais eu peur de mourir, peur de voir un monde sans moi. Oui, c'était cela. La colère n'avait fait qu'amplifier ma peur de mourir. La peur et la folie, c'est un mauvais ménage et j'avais explosé. Voilà ce qui m'avait perdu, la peur. Mais, maintenant que je suis de retour, je ne ferai plus la même erreur. Pas une deuxième fois. Garland avait sûrement dû renaître avec l'apparition des cristaux, comme bon nombre de personnes. Mais il n'avait plus aucun contrôle sur moi. Autant physiquement, que mentalement. Je n'étais plus son pantin comme je l'avais été tout au long de mes péripéties passées. Le vieillard m'avait contrôlé du début à la fin. Et moi, comme un pauvre imbécile, je n'y avais vu que du feu. Je pensais que j'avais tout eu en main, mais en fait, c'était Garland qui contrôlait la situation à son gré.

Mais alors pourquoi avais-je sauvé Djidane dans les ruines de l'Ifa ? Peut-être que je m'étais rendu à l'évidence. Garland avait eut raison de moi et Djidane aussi, avait été un pion. Mais, contrairement à moi, il avait été un bon pion. C'était sûrement cela, qui m'avait poussé à le sauver. Ou alors, je savais mon retour imminent, donc je lui avais fais la vie sauve car il fallait un héros pour que mon retour soit encore plus spectaculaire. Il y avait tellement de raisons, mais l'important n'était pas là. L'important était que, aujourd'hui, j'étais de retour, bel et bien vivant, prêt à tout. Je n'étais plus seul ; les cristaux étaient avec moi. Malheureusement, je n'avais pas encore la force nécessaire pour ramener la brume, mais chaque chose en son temps. Et puis les cristaux étaient là pour combler l'absence brumeuse. Et j'étais bien armé. Il y avait le mémoria, l'Ifa. Il manquait une autre arme à mon artillerie : l'Invincible. Mais, au vu de ses pouvoirs dévastateurs, je pense qu'il avait été détruit depuis maintenant fort longtemps. Tant pis, je ferai sans. C'est pas cela qui m'arrêtera de toute façon. En plus de Héra, d'autres mondes en parallèles étaient liés à la guerre. Je n'en connaissais encore aucun, je n'en avais vu encore aucun, mais je le savais par-dessus tout. Dès lors, je n'étais plus la marionnette ; j'étais réellement le marionnettiste. Et sûrement que j'aurai de nouveaux êtres sur mon dos, sûrement qu'on continuerait à me traquer. Mais qui ne vous dis pas que j'avais déjà d'autres acolytes ? D'autres pantins ? D'autres jouets ? Moi, je le savais. Comme on dit : il faut de tout pour faire un monde. Et un monde ne peut se passer de ses ‘méchants’ n'est-ce pas ? Alors je jouerai le rôle du méchant autant de fois qu'il ne le faudra. Je jouerai le rôle du méchant aussi longtemps que besoin.

Alors, sur les plaines vertes de Héra, j'admirai l'arbre sacré nommé l'Ifa. J'avais eu cette impression, celle qui me disait que cela faisait bien longtemps que je n'avais pas senti l'air frais et pollué sur ma peau pâle. J'avais eu cette sensation, celle de renaître. Ou plutôt, de naître. Oui, comme si c'était la première fois que je posais le pied ici. Comme si c'était la première fois que je posais le regard ici. Un sourire venait se dessiner lentement sur mes lèvres appuyées par un rouge-à-lèvres violet pâle. J'esquissa une mine satisfaite tandis que le vent faisait valser mes cheveux argentés. Quelques oiseaux fuyaient, l'air apeurés. Il y avait de quoi. Le grand Kuja était là et la nature ne pouvait lutter contre le destin. Alors la nature se cachait. Je laissai vagabonder mon regard sur les contrées de Héra. Djidane devait être quelque part sur ce monde, lui aussi. Sauf si, bien sûr, il avait déjà rejoint un autre monde par le biais d'un cristal. Dans tout les cas, je ne tarderai pas à le rattraper pour enfin l'anéantir. En ce monde, la seule réelle personne qui pouvait me défier était ce singe. Et peut-être Bahamut... un peu. Il me fallait juste du temps, un peu de temps, le temps de récupérer ma force d'antan. Ensuite, je serai paré pour une nouvelle bataille, pour l'effroyable combat. Je savais ce que j'avais engendré, je savais la contradiction temporelle qui s'était passée par ma faute. Mais cela ne me déplaisait pas le moindre du monde. Bien au contraire. Cela prouvait que, même si je n'avais pas l'entière force d'avant, je restai tout-de-même redoutable. J'attendais qu'un monstre décide de se montrer pour tester l'étendu actuel de ma magie. Mais apparemment, je faisais peur aux monstres aussi puisqu'aucun ne donna signe de vie. Est-ce que le monde se cachait depuis mon retour ? Je crois bien que oui.

À vrai dire, ils n'avaient pas tort puisqu'il y avait de quoi avoir peur.
Passons.

J'étais parti en direction du continent extérieur, là où siégeait mon ancienne antre : le Palais du Désert comme je l'avais appelé. C'est là-bas que j'avais établi mes anciens plans qui n'avaient finalement servit à rien. C'est là-bas que j'irai le temps de reprendre mes forces, de réfléchir et tout ce qui va avec. C'est aussi là-bas qu'on viendrait pas me chercher. J'avais besoin de calme afin de réfléchir pour mettre en œuvre un nouveau plan, un plan qui ne tomberait pas à l'eau. Cette fois-ci, j'avais plus de détermination. Je voulais y arriver et tous payeraient le prix cher. Tous. Après un voyage plutôt long, j'arrivai enfin dans mon palais qui n'avait pas changé. Il y avait toujours autant de sable autour. Il y avait toujours tout les pièges que j'y avais posé. Tout était là. Je souriais de nouveau. Un sourire qui en disait long. Je retrouvai toute ma fierté qui ne m'avait jamais vraiment quitté. Hum. Je me voyais déjà infliger le terrible châtiment aux habitants, aux « héros » qui avaient sauvés Héra de la catastrophe. Je jubilai. Oh oui, je jubilai tellement à l'idée de tous les tuer et d'être enfin reconnu comme l'être le plus puissant. Je passai alors plusieurs jours, plusieurs mois même, enfermé dans mon palais. J'avais passé tout ce temps à réfléchir, à mettre au point divers plans qui, d'un moyen ou d'un autre, se montraient inutiles. Mais ne rester à rien faire n'allait pas faire avancer les choses. Je décidai donc de prendre une autre solution. J'avais pris soigneusement le temps de récolter quelques cristaux par ci par là et j'étais finalement parti visiter les autres mondes. Gaïa. Dol. Spira. Ivalice. Gran Pulse et son satellite Cocoon. Tous. Et j'avais donc trouvé une solution.

J'avais entendu parler de se tournoi qui allait se dérouler sur un monde connecté depuis peu. On disait qu'il réunissait des guerriers de toutes planètes confondues pour des affrontements afin de gagner divers récompenses. Des plus avides d'argents à ceux qui y participeront pour le plaisir, j'y trouverai sûrement quelques pantins plutôt fort là-bas. D'autant plus que c'était le meilleur moyen pour voir ce qu'était capable les aventuriers des autres mondes. Utilisant à nouveau un cristal, je me rendais sur ce monde que l'on nommait présentement « Colisée de l'Olympe ». Non étrange, mais je m'en contrefichai puisque ce n'était pas cela qui m'intéressait. J'arrivai donc sur ce monde où la chaleur tapait fort.

Le sable y était en abondance, il y avait quelques fois une douce brise qui se contentait de caresser ma peau et de faire valser quelques mèches argentées que je finissais vite par remettre en place d'un coup de main sec et frêle. Je lançai un bref regard derrière-moi. Il y avait une grande porte, la sortie je présumai. Devant moi, il y avait une porte, plus petite, entourée par deux grandes statues de guerriers. Lesdits guerriers tenaient chacun une épée qui se croisaient au-dessus de la porte. La décoration était originale, bien qu'un peu trop sableuse pour moi. Le sable, ça me va quelques minutes. Ca devient vite agaçant à la longue. Mais l'histoire n'était pas là. J'avançai alors sur ce sable chaud, mes chaussures s'enfonçaient parfois trop et j'étais obligé de forcer pour me remonter. J'arrivai sur trois marches que je montai vite fait avant de pousser la porte d'un geste sûr. À l'intérieur, il y avait un petit homme-bouc des plus ridicules qui me regardait d'un air intrigué. J'avançai de nouveau vers lui quand il secouait ses petites mains.


« Non, non, désolé mon grand, ici c'est UNIQUEMENT pour les héros ! » dit le petit bouc.

Je souriais en poussant un petit soupir.
« Que pour les héros ? Mais... n'en suis-je pas un ? » dis-je. Il rigolait de vive voix et reprit d'un coup son sérieux. « Je vous jure, ce qu'on ne peut pas entendre... » Il marquait un temps de pause et reprenait : « Bon, après-tout, j'ai inscris des femmes, alors vas-y » terminait-il en me tendant une feuille et un stylo. Je jetai le stylo sur le côté et, avec mes ongles fort longs, j'invoquai un petit éclair qui gravait mon nom dans cette feuille. L'encre ne servait à rien. Je voulais que mon nom reste gravé pour qu'on puisse s'en souvenir même après la mort.

    Kuja s'inscrit au tournoi.
    Kuja prend la grande porte pour se rendre sur Héra.
♛ Kuja
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♪ My own vision
avatar
Coucou ! Moi c'est
Beatrix Ailee



Messages : 54
Date d'inscription : 26/06/2012
MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi Jeu 28 Juin - 18:41

    “ INSCRIPTION AU TOURNOI ”

›› Beatrix Ailee


Et le soleil cognait fort. Et une douce et chaude brise d'été venait souffler sur ma peau et mes vêtements. Les pieds ancrés dans le sable de ce nouveau monde que je venais de découvrir, j'analysai l'environnement dans lequel j'étais. Je sentais les vibrations du sol taper sur mes pieds tandis que les vibrations dans l'air prenait tout mon corps. J'allongeai le bras droit devant moi. Mon souffle devenait plus dense, plus rythmique. Une muraille de pierres à gauche, une à droite. Devant et derrière moi aussi. Une grande porte jonchait dans mon dos, j'étais devant des escaliers. Plus loin, devant moi, seulement à une dizaines de pas, il y avait une autre porte. Plus petite, moins flagrante, entourée de grandes statues représentant des guerriers. C'est tout. Ni plus ni moins, je ne sentais rien d'autre sauf le sable, aussi. Je savais où j'étais. Je savais où j'allai. J'étais plutôt confiante, comme à mon habitude. Il n'y avait aucun bruit, son ou quoique ce soit dans le genre. C'était aussi calme qu'un nid d'oiseaux sans oiseaux. Et cela me faisait bien chier. Le calme, dans certains moments, ça me dérangeait pas. Mais là, j'avais besoin d'actions et non de silence. L'atmosphère pesait très rapidement. Et c'est d'ailleurs dans cette atmosphère mélancolique que j'avançai, pas à pas, prenant mon temps. Mes yeux vagabondaient, ils ne savaient pas où se poser puisqu'il n'y avait nulle part où se poser, étant dépourvus de vision.
La douce brise s'en allait enfin laissant place au soleil plus que jamais. Ca chauffait, c'était rude. Et je ne manquai pas cette occasion pour me plaindre intérieurement. La chaleur était comparable à celle des déserts d'Ivalice. Même les mers de sables n'étaient pas aussi chauffantes. Sérieusement, c'était bien ici que le tournoi se déroulait ? Eh putain. On allait crever de chaud alors. Et je n'aime pas me battre dans de mauvaises conditions. Ca allait chier auprès de l'organisateur, j'vous le dis moi ! Je n'aie pas peur de clamer haut et fort mon mécontentement. Je suis une grande gueule. Et alors ?

J'avais parcouru – en marchant – l'étendu de sable pour finalement monter deux ou trois marches. Me voici donc devant la petite porte entourée de statue dont je vous parlai tout-à-l'heure. Je touchai la porte faite en argent de la paume de ma main droite, plissant les yeux dans un même temps. La porte – de couleur jaune or – était presque brûlante, chauffée par le soleil. Mais je pouvais quand-même ressentir les vibrations. Directement reliée à la pièce derrière, la porte me servait de liaison entre les vibrations et les sons de la salle. Il y avait une personne, encore plus petite que moi niveau taille, qui semblait attendre des gens. Il y avait aussi des socles où diverses coupes étaient entreposées, un petit tableau et un chemin bloqué par l'individu. Bon, c'est parti. Prenant mon courage à deux mains, je poussai de pleine force la porte. Elle s'ouvrait d'un coup, une bourrasque d'air entrait dans la pièce, soufflant et faisant s'envoler une petite feuille blanche que la personne tentait tant bien que mal de rattraper. Sans même le vouloir, la fiche venait se poser sur mes doigts. Je rattrapai ladite fiche in-extremis avant qu'elle ne tombe au sol, mes yeux rivant toujours çà et là. Je frôlai du bout des ongles la feuille. Je pouvais y percevoir différente inscription ; Print Calm, Oerba Yun Fang, Tifa Lockheart parmi tant d'autres. Pfeuh ! Ca m'importait peu tout ceci. Sûrement des participants déjà inscrits à la compétition. C'était donc à mon tour.
Mais, doutez-en vous bien, écrire est un vrai duel pour moi. Si ce n'est pas impossible, c'est réellement chiant et long. Je repassai donc la feuille en analysant le petit être. Ma première impression ? Un bouc. C'est tout. Je rigolai intérieurement puis, par méfiance, je laissai s'échapper un petit gloussement.

Il m'arrachait la copie des mains, semblait contrarié et s'exprimait en haussant la voix :
« Tu peux faire attention avec les portes, jeune mal-élevée ! » Je rigolai donc de haute voix et le pointait du doigt, courbant mon dos. « J'ai pas d'ordres à recevoir d'un vieux bouc impuissant. » dis-je sarcastiquement. Non mais. Il se prenait pour qui ce p'tit con, exactement ?! Bref. Je gardai mon sang-froid sans vraiment faire attention à son impolitesse royale et je me redressai, croisant les bras, boudant. J'avais pas de temps à perdre ici. J'étais juste venue pour m'inscrire, puis repartir. J'avais d'autres choses à régler pour le moment, aussi je ne m'éternisai pas.

« Aller, aller ! Inscris-moi, j'ai pas qu'ça à faire ! » clamai-je de haute voix. Il me dévisageait alors. Quoi encore ?! Il voulait que je lui foute une raclée ? Car là, j'étais particulièrement prête à en découdre. Bon, c'est vrai que le combat ne serait pas équitable face à... cet animal. Alors que je tournai les talons, j'entendais sa voix résonner.

« Deux mots ! C'est-pour-les-héros !! »

Et il avait signé son arrêt de mort. Je fermai les poings, craquant mes os au passage, prenant une grande bouffée d'air... « INSCRIS-MOI, P'TAIN DE BOUC ! » Voilà qui était fait ! Et paf. Dans sa gueule. Il tremblotait un peu sur le coup, puis se calmait. Il y avait de quoi ! Je lui dictai mon prénom et mon nom de famille avant de pousser la porte de nouveau et de me diriger vers la grande porte. Je dépassai cette porte avec fierté. Là, j'lui avais prouvé qu'une femme, c'était pas forcément faible.
Qu'il s'en souvienne !


Beatrix s'inscrit au Tournoi.
Beatrix emprunte la grande porte pour se rendre sur Gaia.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coucou ! Moi c'est
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Inscriptions au Tournoi

Revenir en haut Aller en bas

Inscriptions au Tournoi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crystal Connexion :: Archives :: Autres Mondes... :: Colisée de l'Olympe-